Espace adhérents

Les compléments alimentaires

> Définition et périmètre 

L’association définit les compléments alimentaires d’automédication comme « 
les compléments alimentaires indiqués dans des situations pour lesquelles le patient peut prendre en charge ou prévenir lui-même son affection ou les symptômes qu’il éprouve, sans obligation de diagnostic médical préalable, ni de surveillance médicale. »

L’Afipa prend plus précisément en compte dans son périmètre d’action les compléments alimentaires non remboursables et non prescrits (vendus en pharmacie) et disposant d’allégations (comprenant les allégations de santé[1] et celles nutritionnelles[2]).

Plus généralement, l’association définit les compléments alimentaires d’automédication comme « les compléments alimentaires indiqués dans des situations pour lesquelles le patient peut prendre en charge ou prévenir lui-même son affection ou les symptômes qu’il éprouve, sans obligation de diagnostic médical préalable, ni de surveillance médicale. »

Au niveau européen, ces denrées sont régies par la Directive européenne 2002/46/CE du 10 juin 2002[3] amendée relative au rapprochement des législations des États membres concernant les compléments alimentaires. A l’échelon national – et parallèlement à la législation alimentaire –, c’est notamment le décret n°2006-352 modifié du 20 mars 2006[4] qui détermine les règles relatives à la composition des compléments alimentaires, ou encore celles liées à l'étiquetage de ces produits.

> Quelques exemples de compléments alimentaires d’automédication

Cheveux, phanères / Circulation / Défense immunitaire / Équilibre (cycle féminin, ...) / Équilibre génito-urinaire (trouble du système urinaire, toniques sexuels) / Grossesse / Ménopause (troubles de la ménopause, ...) / Minceur (ventre plat digestion, draineur anti-rétention d'eau, métabo anti-graisse et sucre, modérateur d’appétit, ...) / Ophtalmologie / Peau / Reminéralisants osseux (douleurs articulaires, ...) / Solaires / Stress et sédatifs / Toniques (mémoire et concentration, tonus et vitalité généraux, ...)




[1] RÈGLEMENT (CE) N°432/2012 modifié du 16 mai 2012 établissant une liste des allégations de santé autorisées sur les denrées alimentaires, autres que celles faisant référence à la réduction du risque de maladie ainsi qu’au développement et à la santé infantile

[2] RÈGLEMENT (CE) N°1924/2006 modifié du 20 décembre 2006 concernant les allégations nutritionnelles et de santé portant sur les denrées alimentaires.