Espace adhérents

Carrousel

Automédication et diagnostic en ligne : internet mon nouveau médecin ?

Dominique Giulini, Président de l'Afipa, nous livre son point de vue sur l'outil de diagnostic récemment lancé par Google. 

Nous l’avons appris il y a quelques jours, Google va désormais proposer à ses utilisateurs un outil de recherche associant symptômes et maladies.

Objectif poursuivi par la firme américaine : faciliter l’autodiagnostic.

Est-ce là le signe qu’une révolution numérique de la santé est en marche ? Oui à n’en pas douter, car cette initiative s’inscrit déjà dans une longue lignée de projets de santé connectée. Il suffit d’ailleurs d’observer  la multiplication des applications à destination des patients pour s’en rendre compte.

Une chose est donc certaine. Cet engouement digital illustre de manière évidente un souhait ardent d’être acteur de sa propre santé. On ne peut que s’en réjouir.

Pour autant, les nouvelles technologies sont-elles l’avenir de l’automédication ? Il convient cette fois d’être prudent. Bien entendu il est utile et même louable de donner aux patients davantage de moyens de s’informer  mais il faut être très clair : internet n’est pas et ne sera jamais le médecin ou le pharmacien de demain.

Mon point de vue est peut-être à contre-courant, pourtant je l’affirme : non l’automédication ne doit pas rimer avec autodiagnostic ! Nous touchons ici à un point essentiel, il est vain, et même dangereux, de penser pouvoir se soigner en se soustrayant totalement aux conseils du pharmacien ou du médecin.

Certes, ces nouvelles technologies peuvent être considérées comme un complément d’information précieux et une façon de répondre à l’envie de responsabilisation des patients mais elles ne peuvent se substituer aux échanges avec un professionnel de santé. Ils constituent en réalité deux facettes complémentaires d’une prise en charge autonome et responsable de sa santé.

Et puis, je me permettrais un dernier commentaire en ajoutant que, dans une société qui tend à être de plus en plus dématérialisée, ne doit-on pas conserver un contact humain, surtout lorsque l’on parle de santé... 

Dominique Giulini, Président de l’Afipa (Association française de l’industrie pharmaceutique pour une automédication responsable).






L'Afipa se mobilise pour mieux informer les Français sur l'automédication

En l’absence d’initiative du pouvoir politique en matière d’information sur l’automédication, l’Afipa (Association française de l’industrie pharmaceutique pour une automédication responsable) a décidé d’agir.
Dès aujourd’hui, l’association met en œuvre les recommandations de son manifeste publié en mars 2016 en sensibilisant les Français à cette pratique.

Du 20 juin au 1er juillet 2016, l’Afipa lance « Ma santé mon choix : la minute info de l’automédication responsable». Cette opération inédite sera déclinée à la radio (proposée à 1000 radios et webradios pour une libre diffusion) et sur les écrans de 1 300 officines. Au sommaire : 10 chroniques et 3 films pour mieux informer les Français sur l’automédication responsable.

Dominique Giulini est élu Président de l'Afipa

Le 16 juin 2016, Dominique Giulini a été élu Président de l’Afipa (Association française de l’industrie pharmaceutique pour une automédication responsable) par le Conseil d’administration.


L'Afipa représente les industriels des produits du marché du selfcare

L'association défend la mise en place d’un environnement législatif et réglementaire propice au développement du marché des produits du selfcare (médicaments, dispositifs médicaux et compléments alimentaires d'automédication) dans l'intérêt commun du patient, de la santé publique, des industriels et pour la pérennité du système de soins